anniversaires


 a3-interclubs-lva-date3-web

 

 

 

 


 


 

 

 

 

 

yonex

ca

CarrefourLogo 

suez hd

 

 

 

 

 

 

 

logo fr_0

Qui derrière Briot, le grand gagnant du championnat de France ? Bilan.

Tour d’horizon du tournoi des airois, entre satisfactions et regrets.

maxime briot

Pour Romain Joly, la plus grosse frustration est venue de Lucas Rogez, qualifié sur trois tableaux, en pleine progression mais décevant. « Il était bien trop crispé sur le 1er tour de simple. Il mène 18-15 au 2e set mais perd 19-21, bloqué sur la fin du match, loin de ce qu’il sait faire. Le 2e tour est logique, contre une tête de série. Mais que de regret que le match précédent ».

En DH, c’était avec un autre nordiste, Glaziou le dunkerquois, partenaire habituel. Favoris du 1er match, ils l’ont remporté facilement. Le 2e laisse des regrets, deux sets perdu à 19. « Ils ont manqué de rigueur en défense, de justesse dans le jeu. Derrière c’était une médaille de bronze ».

En mixte, avec Nina Polito de la ligue du centre, Lucas était « rongé par le stress ». Evidemment, ce n’est pas l’idéal pour réussir un bon match. Il fut perdu. « Trop de précipitation. C’était son 2e France, mais il manque encore d’expérience du haut niveau, ça se sent quand ça va mal. Il pouvait prétendre à une médaille en DH. Il aura appris malgré tout ».

Manon Souverain vivait sa première expérience à ce niveau, qualifiée en DD avec Juliette Bastide. Le 1er tour était compliqué contre une tête de série qui fut éliminée par les futurs vainqueurs. Mais le score du 1er set (23-21) montre que les filles avaient le niveau requis. « C’est encore tendre mais c’était deux 1re année. Elles ont manqué un peu de précision dans les trajectoires. C’est une expérience enrichissante ».

Premier France aussi pour Clara Cornuel, en pleine bourre actuellement, en DD avec Julie Caffiers, de Rhône-Alpes. Le 1er tour, gagné en deux sets, fut une jolie récompense, le deuxième fut très serré, frustrant dans le 1er set (21-19). « Clara a une formidable capacité à s’adapter. Son évolution est presque surprenante. Elle a encore beaucoup de lacunes mais tellement d’envie. J’ai aimé son attitude positive, le calme qu’elle dégageait, sa motivation, son agressivité ».

Célia Chouan et Candice Lesne eurent le mérite de passer le 1er tour, face à une paire parisienne « accessible sur le papier mais délicate à jouer » (18-21/21-18 et 21-19). « Ce fut un combat, avec beaucoup de présence, de la hargne ». Ensuite, en quart, il y avait une paire PACA-Centre, qui avait battu une tête de série. Là encore, trois sets, 21-19 pour les unes puis pour les autres et une cruelle élimination, 23-21 au 3e. Il y avait beaucoup de déception chez les filles, passées si près d’une médaille de bronze. « C’était un cran au-dessus mais elles ont réussi un très bon match, en mettant tout ce qu’elels savaient faire. La paire est neuve, elle a un gros potentiel ».

Candice Lesne jouait avec Louis Ducrot en mixte. « Ce fut le Louis vu contre Guichen, pas patient, vite énervé. Ils menaient 11-3 au 1er set, finalement perdu 19-21. C’est bien la preuve quye c’était possible. Ils n’étaient pas attendus pour une médaille mais j’espérai mieux ».

En simple, Louis Ducrot fut totalement à côté du sujet, excité dès les premiers échanges, pestant contre une lumière, contestant le juge de ligne, pas compétiteur dans sa tête, stressé. Adam est bon, mais Louis a largement les moyens de la battre, il était favori. Il n’a pas su l’assumer ». En double avec Baptiste Azais-Davy, le 1er tour fut remporté en deux sets. Mais le partenaire se blessa. W.o. Terminé. Une déception dans l’ensemble.

Les espoirs de médaille reposaient surtout sur les épaules de Maxime Briot. Fort dans sa tête, appliqué dans son jeu, le jeune airois a parfaitement répondu aux attentes des entraîneurs et du public. En mixte avec Léonice Huet, il fut éliminé par « l’ennemi intime » Merklé qui alla ensuite cueillir l’or. Mais le bronze fut apprécié même si, sans doute, il espérait un autre métal. Ce fut le cas en simple. Après avoir disposé de Tocqueviille puis de Delrue, son partenaire de double, il écarta Villeger pour défier à nouveau Merklé pour le titre. Débordé dans le 1er set  (10) face à l’agressivité de l’adversaire, il posa ensuite beaucoup mieux son jeu, remontant point par point. Mais le champion sortant resta le maître. Et comme l’an dernier, Briot et Delrue affrontaient Merklé & Co en finale. Le mano à mano dura longtemps, le jeu basculant d’un côté puis d’un autre pour tourner au désavantage de l’Airois. Qui se rebiffa, avec la tonicité de Delrue et son sens du jeu, pour égaliser, porté par tous ses copains. Le final fut haletant mais la victoire prit corps en milieu de 3e set. Bronze, argent et or, c’était un beau triplé dont il peut être fier. Une grosse réussite, et une fierté pour le LVA.

122058