anniversaires

 

 

 

 

 


 


 

 

 

 

 

yonex

ca

CarrefourLogo 

suez hd

 

 

 

 

 

 

 

logo fr_0

La Nationale 3 bute sur la dernière marche de la montée en Nationale 2

Il n'aura finalement manqué qu'un point à l'issue d'un week-end de folie.

La Nationale 1 l'avait réussi samedi, contre toute attente, pourquoi pas une montée pour la N2. Qui aurait imaginé en septembre dernier que cette équipe, promue en N3 après une saison d'invincibilité en pré-nationale, serait championne de son groupe ? Il restait trois matches pour faire basculer le destin, trois gros morceaux à avaler pour savourer pleinement cette saison sans crainte de l'indigestion. 

Rueil-Malmaison semblait être le plus facile à croquer. Il fut avalé avec difficulté et entretint la folle envie. Derriière, Luneray, qui avait conquis le titre de champion sur la dernière journée, se révéla être un os, une pièce peu comestible. Hormis le SH, Chris Beron, et le SD, Célia Chouan, tous écouèrent (2-6). 

Rien n'était perdu, Val de Reuil pouvait être la cerise sur la gâteau. "Un nul pourrait suffire" avait analysé Romain Joly. Ce qui pouvait paraître facile s'avéra finalement impossible. Val de Reuil avait de la qualité, de l'expérience et fit parler un potentiel qu'on imaginait supérieur à celui des airois (3-5).

Faut-il être déçu de cette issue ? Surement pas, tant personne n'aurait imaginé ce final à quatre. Mais quand même...Rebecca Pantaney privée de play-offs parce qu'elle n'avait joué que quatre matches. Esméralda Desenlis absente face à Rueil-Malmaison et Val de Reuil, c'est une sortie en queue de poisson, même si elle ne fut pas très présente cette saison aux entraînements. Cédric Lourdel, balloté de N3 en N1, parfois pour ne pas jouer et qui décroche un peu à la fois. Trois éléments assurément de bon niveau dont l'absence, à un moment ou à un autre ont peut-être fragilisé l'équipe. Mais la gestion des homems est un exercice délicat. Quelques photos...

115182