yonex

ca

CarrefourLogo 

suez hd

 

 

 

 

 

 

 

logo fr_0

Maxime Briot brille au TNJ de Fougères

Vainqueur en simple, 1/2 finaliste en double et en mixte.

Sur le 1er TNJ, en Alsace, Maxime Briot avait joué la finale du simple et gagné le double-hommes. A Bourges, c'était le deuxième, le jeune airois avait perdu le DH au 1er tour. Il fut quart de finaliste du mixte, et 1/2 en simple. A Fougères, il était parti pour gagner. En simple, il écarta d'abord Hannecant, un Normand (9 et 11). En 1/4, Faulman, de Midi-Pyrénées, l'inquieta un peu plus (11 et 16). "Il est mieux classé mais je le bat régulièrement". En 1/2, l'affectif fut sans doute très présent puisqu'il était opposé à son pote du double, Fabien Delrue, qu'il a toujours battu cette année. Ce fut compliqué mais là encore deux sets furent suffisants (23-21 et 23-21). Et voilà qu'en finale, il retrouvait Breton, le Parisien qui l'avait privé du titre en Alsace. L'occasion d'une revanche était trop belle et Max ne s'en priva pas. 19 et 16, la performance était au bout.

En DH, Maxime, associé à Delrue, son partenaire habituel, jouait en cadets. Plus difficile, il fallait se mettre en danger, c'est aussi plus formateur. L'expérience n'était pas nouvelle pour les deux gaillards. En Alsace, ils s'étaient imposés en minimes, à Bourges, ils avaient perdu la finale en cadets. Pour s'entraîner, ils avaient joué un très bon tournoi à Lezennes. Le duo, face aux têtes de série 3, de Rhône Alpes, fut superbe en quart, s'imposant 30-29 au 3e set. En 1/2 c'était encore plus costaud, contre Langloff et Rodrigues, finaliste du simple cadets. "On n'a pas été bons" avouera Maxime. "Et en face, c'était fort". La preuve, l'adversaire allait être sacré. 

Restait le mixte minime qu'il jouait avec la Bretonne Marig Rouxel. En 1/8e, une paire de Rhône Alpes passa à la trappe, de justesse (22-20 et 21-19). En quart, la tête de série 1 tomba (19 et 16). "On les avait vu jouer. On étaient confiants". La 1/2 finale se joua en trois sets. Un premier perdu, un deuxième pour rétablir l'équilibre, un troisième pour faire la différence. 15, ce ne fut pas suffisant. "Le match se joua tard, on s'était levés tôt. On a manqué de fraîcheur". Qu'importe, la sortie fut réussie. D'ailleurs, les coachs de la ligue ne se privèrent pas de dire leur satisafction.

102839