yonex

ca

CarrefourLogo 

suez hd

 

 

 

 

 

 

 

logo fr_0

Compétition

Les championnats régionaux jeunes, dans l'esprit ce fut une victoire collective

Roamin Joly le dit, tous n'avaient pas le même objectif. Mais un même devoir, bien se comporter dans l'attitude, respecter le jeu et l'adversaire, ni râler, ni pleurnicher, ni baisser les bras. Mission réussie, à voir le sourire du coach. A chacun son job. Lui a fait le sien, il le fait de mieux en mieux. Un exemple suivi par les jeunes. 

Certains étaient attendus la médaille au cou. Pour d'autres, il fallait prendre de l'expérience, profiter d'un temps de jeu face à des adversaires plus forts, ou pour préparer la prochaine saison, déjà ! En tous cas, respecter une éthique, un état d'esprit. "Leur donner confiance" complètera l'entraîneur. 

Les cadets étaient surtout venus pour jouer. Leur saison est pauvre en tournois, l'occasion de se montrer était intéressante. Aurélien Duval n'a pas gagné. Mais jouer un Nguyen n'est jamais facile et prendre Jules Humez sur le second match ne fut guère mieux. Trop grand, et il frappe trop fort. Si, même que parfois ça déborde des terrains (lol). Mais Aurélien s'est appliqué. Il a tout pour devenir un bon joueur de club. Il y a du mieux dans son jeu, surtout s'il reste positif. Le constat est identique pour Manuel Delmaire. On ne peut lui demander d'être un champion à la fin de sa 2e année de pratique. Mais sa progression est étonnante, il s'adapte bien, est techniquement très correct, physiquement à l'aise. Sans doute un B avec quelques années de plus. Deux défaites, mais sans rougir. Ils jouaient ensemble en DH. Là encore ce fut d'un bon niveau, avec un double 14 face aux vainqueurs, et deux défaites en trois sets.

Pour Mael Carnez, ce fut également compliqué, il le savait. Il n'est pas en section, joue moins mais il est toujours volontaire, prêty à apprendre. En face, c'était grand (Jules), mieux classé (2 C4). Mais tout cela n'est pas désespéré. 

Jules Humez a agité sa grande carcasse et son bras gauche. "Je n'ai pas été assez précis", déplorait-il après son élimination en 1/2 finale face à Barbry. Il mena pourtant le 1er set jusqu'à 19 mais manqua de calme. Et gérer ses émotions s'apprend en compétition. A lui de faire. 

Manon Souverain, "c'est une guerrière" dit Romain. Un fichu caractère parfois, mais il en faut pour devenir championne. "J'ai eu des frissons quand elle a levé les bras, poings fermés après sa victoire en simple" ( face à Lecaille, qui souvent la bat). Léonie Warmé absente, elle joua le DD avec Detourne, d'Houdain. Pas assez d'automatismes, pas le même niveau. Difficile. Mais en mixte, c'était avec Louis Liebart. Bien mieux ! Victoire en poule contre deux 2e année et une défaite, normale, contre deux benjamins 1, dont Lecaille, pour lui permettre de prendre sa revanche ? Impressionnants tous deux, dans l'esprit du LVA, avec des parents impliqués. On peut perdre, mais pas sans avoir bien joué, tout donné. 

Louis est à l'image de Manon, plus mûr, plus calme. Il a fait l'apprentissage des benjamins qu'il découvrit en début de saison. Il perd en quart contre Glaziou, mais il s'en rapproche. La prochaine fois, il lui prendra un set. OK ? Ce même Glaziou qui était encore là, avec Rogez (futur airois ?) en 1/2 finale. La paire que Louis forme avec Colin est moins athlétique. Mais le potentiel existe. Troisièmes.

Tom Blanquart, comme les autres benjamins, est dans le vrai. L'émulation au sein du groupe est intéressante. Il lui manque un peu de gabarit. Il battu Van Wambeke, c'est une première. mais il ne doit pas s'affoler quand il rencontre plus fort. Un jour, il les battra, dans peu. Avec Alan Bienaimé ce fut aussi un bon tournoi. Il y a ceux qu'ils peuvent battre, ceux qui sont trop costauds mais contre lesquels ils s'accrochent. Ils ont des automatismes, de bonnes habitudes.Troisièmes. Le mixte, c'était avec Romane Defrance. Forts devant, mais les deux jeunes, face aux futurs vainqueurs, ne se sont jamais désunis. 

En simple, Alan Bienaimé fut très bien techniquement. A lui de forcer plus souvent sa nature nonchalante, même si ça s'améliore. C'est ça qui le fera avancer encore plus vite.

Yanis Brockaert avait lié son sort à celui de Théo Lardeur. Même constat, des matches serrés, pas de volées, mais ça manque parfois de punch, de révolte. En simple, Théo (D4) n'eut pas trop de chance au tirage. Un vainqueur, un finaliste, trop au dessus, et un D3, qu'il s'est offert.

Romane Defrance s'entraîne bien, sérieusement, mais faute de section progresse un peu moins vite. Elle livra de bons matches, sans se désunir, même si elle montra quelques lacunes techniques que seule une pratique plus intensive gommera.

Paul Ghillebart ne prétendait pas à une finale, mais son entraîneur attendait une attitude positive. De l'envie, sans s'énerver, dans l'exprit attendu, ça Paul, c'est déjà une victoire. A garder absolument. Il faut aussi augmenter les séances d'entraînement. 

Elle manque parfois de confiance, Clara Bottin. Mais elle a réussi un tournoi de simple plus qu'accepatble, battant une D1, tombant deux fois contre plus fort qu'elle. Etonnante en mixte, associée Macalou, après tirage au sort. Transformée, agressive au filet, battante. Continue ainsi Clara. Double avec Marion Vanneste avec deux défaites, sans rougir, c'était fort. 

Marion parlons-en, elle doit absolument être plus méchante sur le terrain. Elle est trop conciliante. Elle a pourtant des atouts, tonique, frappe fort, bouge bien. Tout pour faire mieux. De la révolte, il faut de la révolte ! Mixte avec Alexis Bouvet, de bonne qualité. Trois sets contre Petit et Glaziou, en menant à 15 au 3e, et puis un gros trou, mais le potentiel existe.

Apolline Defrance est techniquement bien mais elle doute, stresse, manque de vitesse de jambes. Comme Manon, il lui faut être plus méchante. En double avec Julie Harzig, ce ne fut que des résultats logiques. Un succès normal, deux défaites où c'était compliqué de faire mieux. Mais de l'envie, du positif, qu'il faut garder.

Julie Harzig bat d'abord Lisa Gamart, difficilement au 2e set, malgré un net avantage de gabarit. Puis écarte Boulanger, qui l'avait dominée au TDJ. S'incline en quart. 

Bonne évolution de Lisa Gamart, qui réalise une bonne fin de saison. Du dynamisme, gagne en puissance, elle prend un set à Boulanger, une première. Manque un "chouia" de confiance. Mixte avec sa copine pipelette Pauline Grioche, deux petits gabarits qui ont bien résisté à Defrance-Harzig mais ont été croqués par la puisance de Petit-Souverain. 

Même constat pour Pauline que pour Lisa en simple, une évolution de bon aloi. Elle résiste très bien à une C4 mais devra faire un choix dans la multitude de sports qu'elle pratique, souvent avec bonheur, si elle veut progresser. Deuxième année de badminton, confirme le bien à son sujet.

Pour la préserver en vue des finales UNSS prochaines, Laura Souverain avait délaissé le simple. Presque parfaite, avec S. Petit puisque les demoiselles n'échouèrent qu'en finale face à une paire de Hem, mieux classée, un peu plus vicieuse. Le titre n'était pas loin. Elle prit sa revanche en mixte, contre l'une d'entre elles, avec T. Lamorille. La 1/2 finale, contre Bottin/Macalou avait été épique. La finale fut formidable d'ambiance, le jeune duo airois poussé par un public fougueux qui leur fit du bien. Un titre, une belle joie, en trois sets dans une folle ambiance. C'était bon...

La santé de Thomas Lamorille est bien meilleure, son jeu s'en ressent, la forme revient même si les jambes manquent encore un peu. Il domine notamment Ansquin, qui venait de le battre deux fois. Clisant avait encore un peu d'avance. Plus pour longtemps. DH avec Alexis Bouvet pour un tournoi satisfaisant. Une victoire, logique, une défaite, pour avoir trop relancé face à un duo qui n'en demandait pas tant.

Alexis fut aussi très bien en simple, même s'il oublie encore de garder la raquette haute. Il prend un set à Ouazzen membre de l'équipe de France U13, est apparu concerné, épanoui. Intéressant s'il persite dans cet esprit. Un tour, perdu contre bien plus fort, avec M Vanneste.

Emile Boulanger a surpris, en bien. Il pousse un D1 en prolongation, montre une belle attitude. Une victoire pour terminer, objectif rempli.

Eva Carlu commença par une victoire. Ensuite, il y eut Clara Cornuel (future airoise), plus grande, plus puissante, mais elle résista. Et Lison Vanneste, qu'elle avait battu la semaine dernière. Très proches en niveau, une fois l'une, un jour l'autre. Les deux voisines, les deux copines jouaient bien sûr ensemble en DD. Deux succès logiques, deux défaites qui ne l'étaient pas moins, à leur place, sans rougir. 

Bon parcours de Lison Vanneste, malgré une douleur au tendon d'Achille. Elle perd contre Plantefeve, future très bonne et face à Capillez, qui allait s'imposer. Mixte avec Ilan Bouvet avec un succès et presque deux. Les deux étaient déçus parce que contre les mêmes, Pryfer et Colin, l'écart avait été mince la semaine précédente. 

Chloé Lampe s'arrête en 1/2. Elle s'incline contre la future championne, Capillez, mais bat Platefeve, grâce à sa mobilité, son attention. Perd contre Cornuel, de Fruges, sa future équipière. Ensemble, elle jouèrent le DD et le duo s'est avéré complémentaire. Une 2e place, dans une poule de 5, c'est intéressant pour la saison à venir. Mixte avec Théo Crepin : un tour, une défaite contre les futurs lauréats mais le duo airois remporta le 1er set.

Ilan Bouvet boucle une première saison de compétition. Il a bien évolué, même s'il manque encore un peu de constance. Mais tout savoir à son âge...Un futur bon. En DH, avec Théo Crepin, il n'y eut qu'un tour, face aux futurs vainqueurs.

Ce même Théo qui a su se sublimer, avec le grand frère sur le banc. Il a bougé, motivé. Il était dans le mode compétition, poing serré, démonstratif. Battu par Brunel en 1/4, logique. 

Marc Ghillebart, s'il veut accentuer sa progression, doit jouer plus, en compétition, à l'entraînement. Et jouer plus simple, rester concentré. C'est là qu'est la solution.

DES PHOTOS, QUELQUES UNES, DES PODIUMS, GRÂCE A NATHALIE (LAMPE), AVEC L'APPAREIL DE NATHALIE (BAROUX)

 

 

107467