yonex

ca

CarrefourLogo 

suez hd

 

 

 

 

 

 

 

logo fr_0

Retour sur la magnifique victoire de Maxime Briot à Bourges

Prochaine étape, avec l'équipe de France au Danemark.

L'an dernier, alors qu'il était benjamin, Max avait terminé 8e d'un tournoi similaire. Face aux mêmes, avec un an de plus, il avait l'opportunité de mesurer ses progrés, d'évaluer son niveau. "Tout le monde l'attendait après un excellent TIJ ù il avait gagné un titre et deux fois finaliste. Il a réussi une très belle saison. Je l'attendais autour de la 6e place" explique Romain Joly qui le suit au quotidien. Le jeune compétiteur espérait mieux, "4e" dit-il d'une voix pas très assurée. Aucun des deux n'avait le bon pronostic.

N° 2 de sa poule, il vécu un samedi tranquille, remportant trois victoires en deux sets. D'abors en battant un C2 de Clermond-Ferrand, ensuite en disposant logiquement d'un Breton et d'un Parisien qu'il avait déjà dominé. Premier de poule, il domina alors un Parisien (18 et 19) pour être versé dans la poule de classement de 1 à 4. Déjà, il était dans l'objectif qu'il s'était fixé, mais le chemin s'annonçait sérieusement bouché face à la star des minimes, Popov, n°1 français dans sa catégorie. Une 1ère rencontre avait déjà eu lieu entre les deux garçons qui avait tourné à l'avantage du Marseillais, en deux sets. Mais Maxime a mûri, son mental est plus solide, son bagage technique s'est étoffé. En poussant l'adversaire au 3e set, il avait déjà gagné l'estime des spectateurs. Mais le battre fut un exploit que personne n'imaginait. Le trophée était alors à portée de main. Restait deux adversaires qu'il avait déjà battu. Il s'imposa à nouveau,18 et 17 contre un joueur du centre, 14 et 20 face à un Parisien. Le compte était bon, il pouvait lever les bras et recevoir les félicitations. 

"Cette victoire dans un tournoi référence, c'est la récompense d'un travail continu" explique Romain Joly. "Il montre qu'il est là, qu'il faudra être fort pour le battre. A Bourges, il a sorti des gars qui l'avaient dominé sur la même compétition l'an dernier. Il a évolué". Delphine Garcia, qui l'accompagnait avec la ligue, souliga son attitude professionnelle entre les matches. "Il n'a jamais oublié de s'hydrater, de s'étirer. Il est resté calme concentré. C'est aussi ce qui a fait la différence". 

La récompense, il pourra la savourer pendant les vacances de printemps, avec l'équipe de France, au Danemark. Là, il prendra un peu plus d'expérience, il lui faudra confirmer face à l'élite européenne. Désormais il le sait, il en a les moyens. "Cette année, nous avions convenu d'une qualification pour le championnat de France et l'an prochain, d'un podium. Il est dans les clous. Il peut le faire", commente R. Joly. 

Cette performante retentissante est aussi à mettre au crédit de l'entraîneur, exigeant quand il le faut, du club, également, qui donne les moyens de travailler. Autant d'actions qui sont synthérisées par le travail et le talent de Maxime. Il faut maintenant que cela donne des idées à d'autres.

114556