yonex

ca

CarrefourLogo 

edn

 

 

 

 

 

 

 

logo fr_0

Défait contre Oullins, le LVA garde une marge de manoeuvre

La défaite est nette, mais les écarts ne sont pas démesurés.

Pour espérer le nul, ce qui aurait été une performance de choix après la faillite de l'aller, il fallait être constant. Mais avec ça, les Airois ont parfois encore du souci. Quand Aurélie Constant et Steffi Annys entrèrent sur le terrain, la difficulté était en face. Même sans Lansac, avec qui elle est devenue championne de France, mais avec Chaube, Guerin reste redoutable. Ce fut plus serré que prévu (18 et 20), mais Oullins menait 0-1. Et bientôt deux, Ben Kasprzak et Jarolim Vicen ne parvenant pas à freiner ce redoutable duo composé de Didier et Grosjean. Catry allait-il renverser la tendance, contre Rossi, A1 comme lui que Vicen avait battu à l'aller. Le public le crut quand l'Airois fut en vue de prendre le 1er set. Mais l'arbitrage, comme les joueurs, a aussi parfois ses faiblesses et Catry céda en deux sets. Tout comem Ben K, qui ne sembla pas au meilleur de son potentiel, très logiquemejnt dominé. Les comptes d'Hervé Bourgeois, qui avait parié sur un sursaut de ses garçons, étaient déjà dans le rouge d'autant que Nicola Gresty s'était aussi inclinée (19 et 17), après une farouche défense face à la prometteuse Chaube (T50). Aurélie Constant n'avait rien à espérer, même pas prendre un peu de plaisir face à l'impitoyable Lansac, vice-championne de France. L'Airoise joua à son niveau,mais fut laminée (8 et 9). Le LVA n'était pas mauvais, il fut même parfois bon, mais les chiffres sont impitoyables : Zéro pour les locaux, six pour les autres. Les mixtes transformèrent en soirée correcte ce qui aurait pu être un cauchemar. Vicen et Annys trouvèrent rapidement leur rythme, affinèrent vite les automatismes pour prendre ce premier point qui fut salué par une salle formidablement garnie, avec les habitués mais aussi l'apport de quelques petits clubs arrageois ravis de découvrir la redoutable efficacité du haut niveau. Le second point fut l'oeuvre de  Romain Linster et Nikky Gresty. Face à un T50 et une A1, ce n'était pas gagné d'avance. Mais le jeu en avant de la jeune anglaise se compléta parfaitement avec la force tranquille de son partenaire, avec notamment un 2e set mené tambour  battant (21-12). 

Certes, le Volant Airois a perdu, mais il a su garder la tête froide, l'envie, au contraire de ce quis 'était passé à l'aller. Les positions restent figées, notamment vis à vis de Bethune, atomisé dans sa salle par Creteil (0-8). Aire-sur-la-Lys connaît son adversaire. Mais pour être plus tranquille, prendre au moins un point contre Creteil et Orleans sera un gage de tranquillité pour s'éviter des sueurs froides lors de la dernière journée.

DES PHOTOS DANS L'ONGLET, D'AUTRES SUIVRONT EN SOIREE

102795