yonex

ca

CarrefourLogo 

suez hd

 

 

 

 

 

 

 

logo fr_0

La Nationale 1 s'éclate contre Orleans

Il fallait un résultat positif, au moins un nul comme à l'aller. Ce fut une victoire (7-1).

"Ils n'ont pas leur Polonais". Dès l'arrivée d'Orleans, le clan airois était déjà presque rassuré, malgré l'absence de Jarolim Vicen. L'après-midi commençait déjà sur une option positive. Elle le fut encore plus quand Romain Linster et Benoit Kasprzak s'imposèrent. Pour le premier, ce fut facile, contre un B4, mais net, propre (8 et 7). Pour le second, gêné par une mauvaise nuit, Lodiot semblait un adversaire difficile. Il le fut, tout au long des trois sets (21-18/19-21 et 19-2. Mais le LVA menait 2-0 et bientôt trois grâce à la pêrformance de Steffi Annys et Nikky Gresty, qui disposèrent avec brio, et en deux sets, de deux T50. C'était bon ! La défaite, logique, d'Aurélie Constant, ne changea pas ce bel état d'esprit. Il restait du plaisir, de l'inquiétude, une délivrance et une belle ovation à savourer. Etienne Catry et B. Kasprzak eurent le bon goût de prendre rapidement à la gorge les deux Orleanais, bien plus faibles qu'eux, qui leur étaient proposés. Et le mauvais de se déconcentrer dans le 2e set. Staff et public s'inquiétèrent quand la cheville d'Etienne craqua sous la torsion. Forfait ? Non, kiné, assouplissement, tout sembla renter dans l'orde. Heureusement, car sur le terrain voisin, Rebecca Pantaney, au jeu tout en fluidité, subissait la loi d'une jeune Polonaise. Et soudain, coup de théâtre, le dos de cette dernière craqua. Abandon ! Ce n'était pas un point de plus mais finalement deux piuisque le duo masculin s'était imposé. 5-1, la victoire était en poche, il fallait rester concentré. S. Annys et Noé Andreu firent le job, contre une paire un peu plus faible. R. Linster et N. Gresty aussi, dans les mêmes conditions. 7-1, il y a longtemps que le Volant Airois n'avait pas été à pareille fête. Mais un appel venu de Lille allait doucher l'ambiance. Bethune s'y était imposé, contre une fantomatique équipe nordiste, et restait à deux points.

Coach d'un jour en l'absence d'Hervé Bourgeois, Jacques Wayolle souligna la totale implication de tout son groupe, sa volonté à jouer propre, à ne rien lâcher, même à 5-1. "Nous cherchions au moins un nul, C'est encore mieux, et avec la manière.  Nous irons à Creteil sans crainte. Un nul n'est pas à exclure. Nous avons notre destin entre nos mains". 

Si les Airois sont désormais quatrièmes, un point derrière Lille, un devant Orleans, toujours deux devant Bethune, leur adversaire du dernier jour, rien n'est joué. Lille aura encore deux matches compliqués contre les leaders. Orleans jouera à Bethune et contre Creteil, comme Aire-sur-la-Lys. Tout peut encore se passer. Mais pour s'éviter une folle soirée contre les voisins bethunois, l'importance du match de Creteil saute aux yeux. DES PHOTOS A DECOUVRIR

122519