yonex

ca

CarrefourLogo 

edn

 

 

 

 

 

 

 

logo fr_0

Bethune battu, Le Volant airois termine troisième

Le long déplacement d'Oullins, l'automne dernier, fut finalement le déclic.

Ce jour-là, Hervé Bourgeois avait vu son équipe trop belle et voulait tout arrêter, dégoûté de la prestation. Depuis, chacun s'est remis à travailler.

Depuis une semaine, les Airois savaient qu'ils joueraient une sixième saison en Nationale 1. Mais il restait Bethune, le voisin condamné à la N2. Un match toujours particulier que les Artésiens avaient le ferme intention de remporter pour se laisser une petite chance en cas de repêchage. Mais Hervé Bourgeois avait prévenu avant match, "pas question de faire le clown, le cirque c'est sur la pelouse de Carrefour, pas dans la salle. N'oubliez pas le public, ne bradez pas la rencontre. Jouez libérés et vous gagnerez". Et il avait raison, le sourire change les choses. "Et quand la tête va bien, les bras suivent " avait prédit le coach.

Etienne Catry lança l'affaire contre Thomas Petit, bien plus à l'aise en double. Un premier tranquille, et puis quelques fautes. "Joue avec ta tête" lui cria son père. Message paternel entendu et premier point (21-12 et 22-20).

Sur le terrain voisin, Noe Andreu et Steffi Annys allaient bien. Lui avait une revanche à prendre après un match très moyen à l'aller, elle joua le rôle de la grande soeur. Contre Paczek et Mordacq, rien ne vint sans se battre. Mais le duo airois cueilla avec gourmandise ce deuxième point (21-16 et 21-18).

Le Volant Airois était sur les rails. Romain Linster et Nicola Gresty confortèrent cet avantage devant Brouard et Janiaczyk. Le début fut impeccable puis la machine se grippa. 11-19 au 2e set, un retour à 19-19 avant de céder. Mais l'enthousiasme était airois et ce troisème point annonçait un bel épilogue. (21-14/20-22 et 21-12).

Le public s'attendait à voir souffrir Aurélie Constant face à Bourlart. Mais l'airoise fit bien mieux que résister. Ce fut un chassé croisé incessant qui revint à la Bethunoise, certes, mais avec un écart bien faible malgré les trois classements d'écart et qui symbolisait cette volonté de ne rien lâcher (19-21 et 18-21).

L'analyse vaut également pour Benoit Kasprzak contre le redoutable Paczek. Un match tout en toucher, en légéreté que mena l'Airois, bien meilleur que contre Creteil, mais dont le Polonais s'empara pourtant. Mais il est des défaites dont il n'y a pas à rougir. Celle là en est une (15-21 et 20-22).

Le Volant airois avançait vers son objectif, mais il n'était pas atteint. Nikky Gresty libéra toute la salle. La jeune anglaise, révélation de la saison, même si elle préfère le double, ne laissa guère de chance à Mordacq. "Au moins, on ne perdra pas" lâcha le président (21-14 et 21-13).

Après ce quatrième point, il y avait mieux à faire, en prendre un de plus pour s'imposer, comme à l'aller. Romain Linster et Etienne Catry ne s'en privèrent pas. Petit et Brouard, en remportant le 1er set (18-21), firent remarquer qu'ils n'étaient pas d'accord, qu'ils constituaient une paire solide. Mais qu'il est facile de jouer sans pression, n'est-ce pas les Airois ! La suite fut claire (21-8 et 21-13). Le public pouvait jubiler, brandir ces écharpes vendues par le bureau des jeunes.

Même si le score était acquis, Steffi Annys et Aurélie Constant ne laissèrent pas filer le match. Le jeu fut respecté jusqu'au bout, permettant à Janiaczyk et Bourlart une ultime victoire pour le dernier match de Bethune en Nationale 1 (18-21 et 19-21). La jubilation était là, même si elle fut toute en retenue.

En respectant les valeurs du badminton, Le Volant Airois a parfaitement clos sa saison. Sa communion finale avec le public fut sympathique. La salle méritait bien ce remerciement, tout comme les joueurs les applaudissements. Reste à préparer la prochaine saison, sans doute encore plus compliquée. Ce sera sans Hervé Bourgeois, il a annoncé sa volonté de passer à autre chose. Quoi ? Les dirigeants y travaillent sans doute. Avec quels joueurs, c'est l'incertitude la plus totale. Mais de tout cela nous vous reparlerons.

Quelques photos de Bruno, à découvrir.

102795