yonex

ca

CarrefourLogo 

suez hd

 

 

 

 

 

 

 

logo fr_0

Salbris, première victime du LVA format 2014-2015 (5-3)

Les mixtes assurent une victoire porteuse d’espoir d’une bonne saison.

Qu’allait produire cette équipe new-look ? Nikky Gresty avait été laissée à la disposition de la pré-nat du fait de l’absence de Rebecca Pantaney, mais surtout, quel était le niveau réel des deux recrues, Stéphan Wojcikewicz et Flore Vandenhoucke. La réponse vint vite, rassurante. Le Franco-Canadien mit un peu de temps à régler son jeu, qu’il déroula tranquillement au second set (14 et 7). La belge, alignée avec Steffi Annys,  sa partenaire de l’équipe nationale, montra toute la puissance de son engagement, même si la paire visiteuse n’est pas apparue très bien armée.

Face à une Bulgare, sans doute classée très provisoirement A1, Aurélie Constant mit toute son énergie, raflant le 1er set (21-19). La réponse fut immédiate (14-21) et le combat s’éternisa sur un 3e set très indécis et malheureusement défavorable à l’airoise (22-20). Trois sets, ce fut aussi le tarif pour Noé Andreu, finalement aligné avec Romain Linster. Les deux garçons y mirent beaucoup d’énergie, mais firent aussi des fautes qui leur coûtèrent le 2e set (24-22 et 19-21). Le set décisif fut limpide, les Airois étaient les meilleurs (21-11). Mais Salbris revint dans la partie. Dans le duel des A2, Etienne Catry s’inclina, sans jamais donner l’impression de rentrer dans son match, même s’il y eut du mieux en fin de rencontre (13 et 19). Et contre toute attente, F. Vandenhoucke s’inclinait. Elle avoua avoir été stressée par l’ambiance, par tous ces spectateurs qui l’encourageaient, tout nouveau pour cette jeune joueuse. Les doubles avaient les clés. S. Wojcikoewicz et S. Annys, malgré une très nette différence de niveau en leur faveur, s’inclinaient au 1er set (23-21), sans doute handicapés par leur absence d’expérience en duo. Ensuite, ce fut de mieux en mieux (17 puis 12). Le nul était au moins acquis, mais il était évident qu’une victoire serait logique. Elle vint, facilement, par R. Linster et A. Constant, bien plus forts que la paire de B qui leur était opposée (7 et 12).

Le LVA commence donc par un succès, ce qui ne lui était jamais arrivé en six démarrages de saison de Nationale 1. Il est évident que des situations sont perfectibles, dès lors que le groupe se connaîtra un peu mieux. Le potentiel existe, il demande à être conforté. « Sur le papier nous étions favoris, il fallait les battre » expliqua Romain Joly après match. Regrettant toutefois que le 6-2, qui aurait privé Salbris du bonus défensif, n’ait pas été atteint. QUELQUES PHOTOS A DECOUVRIR

122519