yonex

ca

CarrefourLogo 

suez hd

 

 

 

 

 

 

 

logo fr_0

Un LVA réorganisé et décomplexé abat Lille (6-2)

Un succès enthousiasmant qui place les airois sur le podium.

Pour ce 2e derby, après Arras qui avait laissé un goût amer, les coachs avaient choisi de réorganiser l'équipe, de la chambouler, même. Du fait du manque de complémentarité entre S. Wojcikiewicz et S. Annys, et part la présence de N. Gresty, suppléant A. Constant, blessée. Un peu d'audace, d'incertitude, mais un choix qui fut une totale réussite. Voilà qui s'apelle une bonne gestion d'effectif.

Très vite, il apparut que les Airois étaient dans le ton, décidés. La paire Linster/Vandenhoucke, toute nouvelle, ne lâcha rien, remportant le 1er set et ne s'inclinant au 3e (26-24) qu'après cinq égalisations successives. Tranquille, sur l'autre terrain, S. Wojcikiewicz avait déjà apporté le 1er point. Qui fut vite bonifié par S. Annys, qui avait proposé de jouer le simple à la place de F. Vandenhoucke, sa compatriote. Et ceux qui suivent Steffi depuis quelques années savent qu'elle sait mettre les ingrédients quand elle veut la victoire. Face à Rappayan, si à l'aise en double dans le match initial, il n'y eut pas photo (10 et 11). Désormais presque exclisivement joueuse de double, Steffi a gardé des réflexes de simple. 

Même constat pour N. Gresty. La jeune anglaise n'avait encore pas joué en N1 cette saison. On l'a retrouvée calme, tonique, même si elle concéda le 2e set et s'imposa à l'arrache dans le 3e. Le dernier simple ne fut qu'une formalité pour R. Linster, décidé, déterminé, désormais une force essentielle du LVA. Quatre simples, inhabituels mais performants, quatre points, les Airois avaient déjà rempli une partie de la mission. Il fallait au moins gratter un double. Il vint, très vite, par le mixte S. Wojcikiewicz et N. Gresty, qui ne s'étaient jamais vus avant la rencontre mais se complétèrent fort bien, la tonicité, la présence au filet de l'anglaise se mariant très bien avec le calme du canadien. Un point bonifié par l'inévitable paire belge Annys-Vandenhoucke, déjà formidable à Arras. 6-2, le compte y était, devant un public ravi de l'esprit de "sa bande". E. Catry et J. Machurot s'inclinèrent, certes, mais les classements ne plaidaient pas en leur faveur. S'ils ne bousculèrent pas les pronostics, ils jouèrent crânement leur chance, totalement dans l'esprit de l'après-midi.

Une hiérarchie se précise, le LVA est désormais 3e, derrière ses deux vainqueurs de l'année, Bordeaux et Arras. La saison semble vraiment partie. Les résultats de chaque match sur INTERCLUBDS puis CLASSEMENTS.Et des photos à découvrir.

107998