yonex

ca

CarrefourLogo 

suez hd

 

 

 

 

 

 

 

logo fr_0

Le LVA s’impose avec talent dans la salle du Lille UC (6-2)

Troisième, c’est une continuité et une saison réussie.

Il y a sans doute longtemps (depuis la visite airoise de l’an dernier ?) que la salle du LUC n’avait autant résonné pour une rencontre de badminton. Par la grâce d’une joyeuse bande d’Airois, venus en bus pour encourager les leurs. Quelle ambiance ! Quel soutien !

Il le fallait pour réussir un bon résultat face à une formation locale bien plus structurée, plus forte qu’à l’aller. « Mais nous avons su élever notre niveau de jeu » remarquait Guillaume Jops à l’issue du match. Le capitaine avait fait ses comptes, il espérait les quatre simples, faiblesse lilloise, et le DD, Steffi Annys et Flore Vandenhoucke offrant depuis quelques semaines une complémentarité et un niveau de jeu de belle facture. La prévision se révéla juste. Stéphan Wojcikiewicz (T20) écoeura le grand Maxime Thoor (A1) : 11 et 8. Romain Linster (A1) bagarra deux sets devant Loïc Prouff (A2) mais le balaya dans le troisième (20-22/22-20 et 11-21). Flore Vandenhoucke (T20) fut admirable de détermination contre une autre T20, Sarah Milne (14 et 12). Nicola Gresty (A2) n’eut également besoin que de deux sets pour s’imposer face à Gaëlle Eudeline (A4) : 15 et 18. A ce stade-là, le LVA menait 4-1, battu dans le DH représenté par S. Wojcikiewicz et Etienne Catry, 19 et 18 face à une paire au classement plus flatteur. Le DD balaya rapidement les doutes, le LVA semblait sûr de sa force, impressionnant  de détermination, soutenu par une tribune qui klaxonnait, criait, encourageait à tout rompre. Les deux Belges firent le boulot, faciles dans le 1er set (8) plus décontractées dans le second (16). Flore offrit même une scène d’anthologie. En jouant un point, elle bondit vers son coin, changea de raquette pour reprendre le volant que sa partenaire venait de renvoyer. Samedi, il ne pouvait rien arriver de grave aux Airois, qui semblent avoir gagné en maturité. Restait à tester Louis Ducrot, testé pour la première fois en N1. Avec Steffi Annys, mère-poule et assurance tout-risques tant elle a d’expérience, ce devait être serein contre une redoutable paire. La partie fut brève et offrit une fin frustrante. A 2-1 pour les nôtres, l’Anglaise de Lille demanda le juge-arbitre, se plaignant d’une cuisse. Fin des hostilités. L’histoire retiendra que Louis remporta sa première sortie en N1, après avoir marqué tous les points, les deux de son camp et celui d’en face, sur une mauvaise réception. Ce gamin a assurément de l’avenir (lol). 1-6, Lille allait-il boire le calice jusqu’à la lie ? Pour terminer, face à leur paire de T20 + T 50, il n’y avait « que » deux A1, N. Gresty et R. Linster. Qui furent à l’image de l’équipe, déterminés, bagarreurs, poussant l’adversaire aux trois sets (21-18/11-21 et 21-16). « J’aime bien quand les prévisions se révèlent exactes » s’amusa le président. Les joueurs pouvaient saluer leur public. Les deux sont à englober dans les mêmes félicitations. Le retour allait être joyeux.

DES PHOTOS A DECOUVRIR. IL FAUT DESCENDRE ET CHERCHER. Crédit Bruno Delannoy.

107998