yonex

ca

CarrefourLogo 

edn

 

 

 

 

 

 

 

logo fr_0

En déplacement à Bethune, la Nationale 1 déçoit et concède un nul (4-4)

Qu’elles étaient loin les belles envolées entrevues face à Grande-Synthe.

En football, on a souvent coutume de dire qu’un nul à l’extérieur est un point de gagné. Mais samedi, le nul rapporté du plus court déplacement de la saison s’apparente pourtant à une contre-performance, à des points laissés en route. D’ailleurs, les Bethunois ne se faisaient aucune illusion sur l’issue du match, s’estimant très contents s’ils pouvaient gratter le point défensif. « Ils se sous estiment » considéra Guillaume Jops. « Je suis sûr qu’ils seront sur le podium. C’est pour nous un candidat aux premières places » Quand même, le Voilant Airois avait largement les moyens de s’imposer. Mais tout ce qui fut gagné en trois sets face à Grande-Synthe, fut perdu contre Bethune.

Les garçons avaient pourtant tracé la voie. Stephan Wojcikiewicz peine parfois contre Engrand, fut même mené. Mais tranquillement il redressa la barre, affina son jeu, s’imposant en deux sets (10 et 15). A côté, confirmation fut faite que Louis Ducrot et Matijs Dierickx forment une bien belle paire. Le duo airois, mieux classé, justifia son rang en deux sets (12 et 19). Le jeu allait se gripper avec les filles. Flore Vandenhoucke et Steffi Annys, presque une assurance tous risques quand elles évoluent ensemble, semblèrent en mesure de s’imposer rapidement après le gain de la 1re manche (21-15). Mais cette belle machine eut aussi des ratés, ce dont profitèrent Bourlard et Janiaczyk. La paire airoise eut le tort de ne pas plus jouer sur la Polonaise. Bourlard fit le reste. Nikky Gresty était aussi en difficulté. Pourtanbt la jeune anglaise mena 17-12 dans le 1er set, avant de perdre 19-21 face à la Bulgare Tsvetanova. Elle redressa magnifiquement la barre (10-21) avant de sombrer à nouveau (21-18). Tout cela donnait donc une égalité parfaite qui donna « du peps » au jeu local. Car Leinster, l’Irlandais, après avoir remporté sa mise, sembla souffler, permettant à son presque homologue, Linster, de revenir dans la partie. Mais il avait gardé des forces et Bethune virait en tête (3-2). C’était déjà une surprise. Heureusement, Flore Vandenhoucke, qui avait pourtant affaire à la n°7 française, Gaëlle Bourlart, fit apprécier tout son talent, rageuse, déterminée. Victoire importante en deux sets : 15 et 17. Les Airois s’étaient-ils repris ? Les supporters, une trentaine encore et bruyants à souhait, le pensèrent sans doute. La paire belge, Annys-Dierickx fut impitoyable (8 et 21), faisant parler le classement. Ils n’eurent plus aucun doute quand « les deux jeunots », Ducrot et Gresty, empochèrent rapidement le 1er set (11-21). Mais si l’adversaire polonaise semblaient peiner, X. Engrand fit le boulot, prit le match à son compte. La rencontre changea d’âme, l’expérience fit la différence en trois sets. Au final, le LVA a marqué 397 points, contre 330 à son adversaire, gagné 12 sets contre 12. Mais il rentre frustré. Trop de confiance après un début de saison tonitruant ?

PHOTOS DE B. DELANNOY ET F. DEGALEZ A DECOUVRIR

102795