yonex

ca

CarrefourLogo 

suez hd

 

 

 

 

 

 

 

logo fr_0

Formidable partie d’un LVA diminué qui accroche le leader (2-6)

Reims n’avait encore perdu aucun point et quitte Aire-sur-la-Lys avec soulagement.

N1

Aux absences, prévues, de Flore Vandenhoucke et Matijs Dierickx, retenus au pays, s’ajouta celle de Stephan Wojcikiewicz, malade. Face à un leader qui avait remporté ses trois premières rencontres en humiliant ses adversaires (3 x 8-0), la mission paraissait insurmontable. Mais les supporters y croyaient, leur vote sur le concours des pronostics en atteste. Et Guillaume Jops avait le bonus défensif dans un coin de sa tête. Prétentieux, décalé, trop optimiste, mais non, le coach connaît bien son équipe, la suite le montra. Premier coup de tonnerre dans un après-midi météorologique fortement perturbé par la pluie et la grêle, la victoire de Romain Linster face à Nathan Vervaeke, un redoutable belge. Pas un succès de raccroc, mais en deux sets, propres, bien menés (21-14 et 21-19). Du grand Romain, loin de la prestation de Bethune.  Le LVA avait déjà fait mieux que les trois premiers adversaires de Reims. Louis Ducrot résista face à Arif Rasidi. Son premier maillot dédicacé fut celui de l’Indonésien, alors qu’il jouait les Internationaux de France. L’Airois n’avait que deux ans et voilà qu’il menait la vie dure à un ex-international sur qui les ans ne semblent pas avoir de prise. 16 et 14, le gamin eut peut-être le tort de se mettre la pression mais il livra un match plein, offrant à son capitaine une alternative en simple.

« Un égalité », comme aurait dit l’arbitre. Mais Reims, avec la grosse artillerie, reprit sa marche en avant. Nicola Gresty céda face à l’Ukrainienne Prus, c’était logique (13 et 10). La jeune anglaise opposa toute sa vaillance. Comme Aurélie Constant, dont c’est la marque de fabrique. Face à la Belge Devooght il y eut une défaite mais pas une déroute (11 et 15). Valeureux fut le DH, Julien Machurot et Cédric Lourdel, promus en raison des absences déjà évoquées. Le duo pouvait lâcher l’affaire, se contenter d’une présence. Il fit honneur au maillot malgré la classe adverse, livrant un remarquable second set (10 et 17). Steffi Annys associée à Nicola Gresty, c’était inédit. Comment allait se comporter ce duo, expérience et jeunesse, face à une montagne. Un set pour se régler, un autre pour égaliser, un troisième pour signer un exploit. Deux points pour le LVA, l’idée de G. Jops était bien le fruit d’une analyse précise. Mais il ne manquait un. Que ni S. Annys avec Louis Ducrot (encore un junior), ni Aurélie Constant et Romain Linster ne furent en mesure d’accrocher. « Les uns et les autres auraient mérité un 3e set », estima le capitaine.

2-6, c’est une défaite, dont il faut pourtant se réjouir. « Prendre au moins un point, c’était l’objectif » avoua Guillaume, « mais on a fait mieux. C’est vrai que comptablement on n’avance pas mais ça fait du bien au moral ». En effet, à l’avenir, même avec une équipe amoindrie, Aire-sur-la-Lys sera en mesure de rivaliser avec l’adversaire. Et ils ne seront jamais du calibre de Reims. Le 12 décembre, ce sera à Guichen Bourg-des-Comptes (c’était dans la banlieue de Rennes), une équipe très jeune et parfois imprévisible. Le LVA y ira avec de nouvelles certitudes.

Photos de Magalie Degalez et Bruno Delannoy, à ne pas utiliser sans autorisation.

107469