yonex

ca

CarrefourLogo 

suez hd

 

 

 

 

 

 

 

logo fr_0

L’espoir des play-offs s’est envolé à Reims pour la N1 (5-3)

Les Airois sont rentrés avec le point de bonus défensif, ce ne sera pas suffisant. Ils se pensaient capables de prendre le nul, ce n’est pas passé très loin.

Chez le leader, Guillaume Jops espérait l’absence d’une de leurs filles. Présente, pas de chance. Mais en plus, un Ukrainien, bien plus fort que le Belge de l’aller. Alors que Reims est déjà champion, quel intérêt. Et ceci dans une salle vide, avec quelques supporters airois.  

Cet Ukrainien, Romain Linster l’a longtemps fait douter, pour perdre 21-17 au 3e set. Mais quel match, quelle intensité, 1 h 06 de jeu, le temps de jouer deux autres matches ! L’Airois eut d’abord quelques difficultés face aux smashes qui déferlaient d’en face (21-18) avant d’en prendre la mesure pour rétablir l’équilibre (17-21). Et puis, changement de tactique, l’adversaire se mit à défendre, à laisser l’initiative. Et à l’arrivée, une cruelle défaite (21-17). Comme à son habitude, Stephan Wojcikiewicz a fourni le match parfait. Pourtant, en face il y avait Rasidi. La tactique on la connaît. Un moment pour observer et analyser. Un autre pour appliquer et s’imposer. 12 et 7 dans le 2e et 3e set, peu auront réalisé cette performance cette année devant le joueur d’origine asiatique.

Face à Devooght, Flore Vandenhoucke se promena (7 et 15). La Belge semble avoir pris la pleine mesure de son potentiel en simple. Pour Aurélie Constant, c’était mission impossible face à Prus. Il y a des fois où l’énergie, le don de soi, ne suffissent pas (6 et 8).

On a retrouvé Nikky Gresty. L’année de la jeune anglaise fut en demi-teinte, jamais très mauvaise, mais jamais transcendante, comme elle l’avait déjà montré les années précédentes. Avec Steffi Annys en double, elle a réalisé son meilleur match de la saison, « un super match » commenta le capitaine (14-21 et 7-21). Pour Louis Ducrot et Maxime Briot, promu par le forfait de Matijs Dierickx,  ce fut serré, combatif, mais plus fort, plus expérimenté en face. Les deux jeunes n’ont rien lâché, mais il manqua « un petit quelque chose », un peu de vécu en commun, sans doute (21-18 et 21-16). Louis, on le retrouva avec Steffi. Là non plus ça ne passa pas, « trop fort en face » (Rasidi et Prus). Pas plus que le second mixte, l’habituel point fort des Airois. Flore Vandenhoucke et Romain Linster luttèrent trois sets pour finalement s’incliner. A l’arrivée, le décompte total des points montre le peu de différence entre les deux équipes. 329 pour Reims, 328 pour Aire-sur-la-Lys. Un point mais deux victoires de plus. Reste à bien terminer, à la maison, contre Guichen Bourg des Comptes, qui a battu Orleans. Parce que les play-offs sont loin, Bethune n’étant pas parvenu à contrarier Grande-Synthe, qui s’est mis quasiment hors d’atteinte.

« Plutôt que prendre des mercenaires, nous on prépare l’avenir » résuma G. Jops. Nicola Gresty, Maxime Briot, Louis Ducrot n’ont pas vingt ans. Flore Vandenhoucke et Matijs Dierickx un tout petit peu plus. Stephan a annoncé sa retraite, Steffi et Aurélie ne seront pas éternelles. La saison 2016-2017 se profile, avec des choix à faire, des contacts à prendre. Mais c’est déjà une autre histoire. 

114612