yonex

ca

CarrefourLogo 

suez hd

 

 

 

 

 

 

 

logo fr_0

Première journée des play-offs pour la Régionale 2

Les Airois rencontraient les deux premiers de la poule A. Merci à Christel Brockaert pour ses commentaires précis. Contre Douchy (2ème) : Victoire 4-2
Tout débute par le mixte composé de Christel Brockaert et Tanguy Delbreuve. Face à Maxime Lauer et Angélique Drancourt, ile duo savait que ce ne serait pas facile. Pour contrer le jeu de Lauer, tout en puissance, il fallait poser, ralentir le jeu, ce qui fut fort bien fait, offrant le gain du 1er set. Le 2ème démarra de la même manière mais difficile pour Tanguy de rester dans son match, lui qui d'habitude aime accélérer le jeu. Dommage, second set perdu 21-19. Le 3ème fut serré, Christel continua de poser le jeu au filet, Tanguy assura, s'accrocha mais quelques erreurs furent néanmoisn fatales : 21-18. Un bon match dans l'ensemble, Tanguy en net progrès, mais quand même des regrets sur le contenu.
Vincent Gevas et Adrien jude jouaient Vincent Dionisi et Nicolas Lhomme (paire C2). Aucune difficulté, deux sets suffiront. Maxime Briot, en simple 1, ne douta pas face à Nicolas Lhomme (C1). Sans bavure, en deux sets.
Christel Brockaert affrontait Angélique Drancourt (C3) en SD. Un match sous tension. Les volants adverses qui sortent. Celle de Douchy souhaite alors casser les volants, l'autre refuse et l'emporte. Le deuxième semble bien engagé, mais à 7-1 pour l'airoise, son adversaire fond en larmes, provoquant un arrêt de jeu de plusieurs minutes. La partie reprend, mais, concentration perturbée, bascule en la faveur de Douchy 21-17. Le 3ème set est balayé, Christel a perdu ses jambes et ça se voit. 
 Adrien Jude et Tanguy Delbreuve s'opposaient respectivement à Maxime Lauer (C3) et Vincent Dionisi (C4). Face à un joueur tout en puissance, Adrien a su imposer un jeu propre, construit et remporte son match en deux sets tandis que Tanguy bataille en trois pour apporter le dernier point.
 
 Contre Wasquehal (1er) : victoire 4-2
Face à Adrien et Vincent, Quentin Grafteaux et Louis Ambrust. Pas facile, Quentin sait s'imposer sur un terrain. Malgré ça, les airois sont bien présents et mènent dans le jeu. Les quelques erreurs de placement leur feront perdre "bêtement" le 1er set. Le second, à la hauteur de leur niveau, est remporté facilement. Le 3ème set sera du même acabit que le 1er. Des fautes, trop nombreuses, ne leur permettront pas de remporter ce 1er point pourtant très précieux.
 En parallèle, Tanguy affrontait Logan Rivière (C2). Fidèle à son habitude, il patientera trois sets avant de s'imposer. Une belle bagarre, tout en apnée, car, soulignons-le, Tanguy était souffrant ce dimanche.
 Adrien enchaîne sur son simple face à Louis Ambrust (C2). Trois sets seront nécessaires pour apporter le 2ème point. Un passage à vide, dira-t-on, étant donné la parfaite maîtrise du set final.
 Christel était opposée à Philippine Mallot (D2). Un classement en dessous, mais elle fut prise d'une douleur au coude, l'empêchant de servir correctement, offrant un bon nombre de points à son adversaire. Quelques services en prise revers lui permettent de recoller au score mais l'effet de surprise ne dura pas, l'adversaire s'adaptant. Match perdu 22-20 / 21-19. Rageant de perdre un point si important qui aurait permis d'assurer la victoire car, derrière, le simple 1, très fort, n'était pas gagné d'avance.
Avant cela, il y avait le mixte composé de Christel et Vincent. Face à Logan Rivière et Philippine Mallot (D2/C3), ce fut une formalité : la paire déroula. L'une posa au filet, l'autre fit parler son bras. Match propre et expédié 21-5 / 21-7.
 Le match nul était d'ores et déjà assuré mais l'équipe n'a pas fait le déplacement pour s'en contenter. Elle voulait la victoire.
 Tout reposa donc sur Maxime Briot qui avait la lourde tâche de s'imposer contre Quentin Grafteaux (B1). Il lui fallait donc réaliser une grosse perf sur un match qui promettait d'être un véritable marathon, chacun occupant le terrain avec aisance. Rien d'étonnant donc à voir le suspense poussé jusqu'au 3ème set. Les échanges étaient éprouvants de part et d'autre mais Maxime pouvait compter sur le soutien de ses coéquipiers qui l'encourageaient à chaque point.  A l'image de Romain Linster face à Lille, Maxime fut porté par les encouragements de son équipe. Il manquait les cornes de brume et les sifflets mais les voix, elles, y étaient. Maxime aligna les points importants, bénéficiant également du manque de réussite de son adversaire, visiblement éprouvé. L'équipe fut soulagée, lorsqu'à 20-16, le gamin la délivra ce nul qu'elle refusiait d'accepter.
 Il y eut des applaudissements, de la joie, une belle récompense pour cette équipe qui ne lâche rien !
115181